Parfois il faut abandonner l’idée de la vie que vous voulez mener…

parfois, il faut laisser aller cette image que vous pensiez avoir de votre vie, et il faut apprendre à trouver de la joie dans l’histoire que vous vivez réellement

Premièrement, citation de merde. Parmis les millions de “quotes” ou “memes” diffusés sur facebook, où j’ai trouvé ça ce matin, il y en a au moins la moitié qui sont des citations de merde qui servent à ceux qui ne sont pas capables de faire face à la vraie vie, parce qu’ils n’ont jamais eu à faire face à cette vie avant de sacrer le camps de la maison.

Vous savez, ces belles pensées qui redonnent espoir, qui remontent le moral.  Vous les avez lu au passage, rapidement, et ça a l’air joli, ça excuse vos faiblesses et vous font croire que vous êtes pas si pire…

C’est pire que ça.  Ça vous enfonce dans la médiocrité de votre vie désorganisée, parce que vous croyez que effectivement, vous devez apprendre à vous endurer si vous êtes pas parfaite… très rares ces citations sont là pour vous pousser dans le derrière, vous forcer à faire des efforts, ou même juste à vous planter le mirroir en pleine face.

Ok revenons à la source … “The Brave Art of Motherhood”… encore une de ces pages qui enscence le travail de mère en lui lançant des fleurs tous les matins.  Désolé, mais à force de recevoir des fleurs de la part d’inconnus qui n’ont aucune idée de ce que vous vivez, vous en avez pas raz le ponpon de ne pas avoir le temps de vivre votre vraie vie?

Victimiser les femmes qui ont des difficultés à passer à travers leur job de maman, ça n’aide foutrement personne.  Et les belles pensées, quoi qu’encourageantes sur le tas, deviennent une pollution émotionelle si c’est à répétition, jour après jour.

Quand on travaille chez Walmart et qu’on assiste au pep-talk du matin, ça peut aller… c’est pour encourager le travail d’équipe, vous taper sur la tête si vous êtes de mauvaise humeur, et pour vous foutre à la porte si vous ne participez pas à l’ambiance du groupe… Mais la maison, c’est pas une entreprise où vous devez travailler pour recevoir un salaire.  Vous n’avez pas le choix des options. Chez Walmart, c’est le gars qui fait le pep-talk qui décide de ce que vous faites dans la journée, et vous devez respecter ça.  À la maison, c’est vous qui êtes responsable de la gestion et de l’exécution en même temps… un pep-talk genre “grouille toi la vieille, t’as encore 5 brassées à faire”… ça peut aller… mais “La vie est belle malgré tout, même si vous détestez vos enfants”… pas vraiment.

Parce que c’est ça la belle pensée de princesse qui n’aime pas ce qu’elle est mais que c’est pas grave.  Et je vous dirait que ça apporte des réponses surprenantes quand on laisse les gens répondre à ce genre de citation de m*rde…

… c’est ça qui m’a fait réagir ce matin, ce commentaire juste après la citation.  Ouap, Christie dit clairement que c’est la faute de son fils si elle a une vie de merde et qu’elle arrive pas à s’en sortir.

C’est ça les enfants-roi devenus parents.  Pas capable de prendre la responsabilité de ses décisions, si sa vie est une merde, c’est à cause de son fils qui a un trouble de personalité *(Trouble oppositionnel avec provocation).  Ok, c’est un trouble difficile à gérer.  On en convient. Le problème n’est pas là.

Le problème c’est quand venant de nulle part, une mère répond ça sur un fil de discussion.  Quand on se permet de s’afficher comme ça et dire que son enfant fout la merde dans sa vie, il y a plus qu’une réponse à citation… Il y a détresse très mal gérée.

Le problème ajouté, bien souvent, des personnes hypocrites postent ce genre de commentaire même si leur enfant n’a pas de diagnostique.. parce qu’ils veulent mettre leurs problèmes sur le dos de leur enfant et que ça leur permet d’avoir la pitié des gens autour.

Internet est devenu une plateforme où on peut recevoir des condoléences pour la mort du mulot sous la galerie, ou de l’encouragement pour beurrer deux toasts le matin… Certaines personnes n’ont plus de vie et décident de s’en créer une avec les fausses émotions qu’on se permet tous sur internet.

Les statistiques démontrent qu’une plus grande détresse émotionelle s’est installée dans la population avec l’avenue de facebook et twitter où tout le monde peut s’exprimer sur ses émotions ou même en inventer pour attirer l’attention.  En cascade ça mène à un grand centrisme sur ce qu’on peut faire comme exploit pour en avoir plus.  Parce que le cerveau engendre un confort émotionel lorsque la personne se sent satisfaite d’avoir attiré l’attention, mais puisque c’est virtuel, ça part vite… dans la vraie vie, on peut vivre la même chose en parlant au voisin, en allant prendre un café avec un ami.

Donc ceux qui trouvent cette citation agréable, sont justement le public qu’on averti et qui ne voit rien.  Ce n’est pas vrai qu’en affichant sa détresse sur facebook que ça va aider à régler le problème.  Généralement après la vague de sympathie, il y a le rejet… parce qu’on n’a pas que ça à faire, “écouter ceux qui font pitié”… ceux qui vont générer ce rejet sont justement les gens terre à terre qui veulent passer à autre chose.  Elle est là la détresse émotionelle, quand les rêveurs se retrouvent seuls après leur coming-out.

Parce que les terre à terre disent “bon, maintenant que le chat est sorti du sac, tu fais quoi?  on va attendre que tu nous parles de tes démarches, de ton cheminement, et surtout de la sortie de ton problème”….la bombe !

alors c’est ça, Christie… tu l’as dit à ton fils, quand il n’est pas en crise, que ta vie c’est de la merde à cause de lui?

Et pour vous encourager d’avantage à persévérer, ce cas patent de fake-encouragement posté par quelqu’un qui se fout de votre gueule et que vous avez liké à plus de 350 millions depuis sa sortie…

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.