Un père de famille nombreuse, que personne n’a vu venir!

Mon nouveau copain J-F Quessy m’a envoyé un commentaire hier pendant une discussion sur fb, genre “J’aurais bien aimé te lire et en savoir plus sur ta vie de papa et de famille“… ben coudonc!

Ouais parce que c’est ben beau être un blogueur du début des temps, et un gars impliqué dans sa famille nombreuse, j’ai “jamais” écrit quoi que ce soit sur ma famille.

Premièrement parce qu’on a jamais rien à dire sur la famille, et parce que je ne vais pas dépenser de l’énergie à raconter une vie pas mal ennuyante à gros max les deux fans que j’ai… qui ont rien qu’à passer à la maison pour voir ce qui se passe… 🙂

Vous connaissez “Bienvenue chez les Groulx”… la famille de 8 kids sur Canal Vie… ben quand ils ont évalué faire une suite à leur émissions, le gars du planning m’a demandé si on était intéressés à faire une version, pour divertir leur public.  Ma réponse a été instantannée… “dafuk, j’arrive même pas à trouver des raisons pour faire des photos de famille, imaginez nous filmer pour faire des émissions de tv”

T’sais, moi faire semblant devant la tv ou sur un blog, pour dire que ma famille est merveilleuse, sympatique, heureuse et divertissante… Voilà, c’est fait.. une phrase.  rien d’autre à dire!

ben oui, chu plate… 🙂

J’ai aucun talent pour raconter ma famille et rendre les choses intéressantes, ça vaut même pas la peine de chercher.  Y a bien mon amie de longue date Adrienne Hedger qui a réussit à mettre sur comic quelques épisodes de ma vie de famille, dans ses débuts… mais à part raconter la même affaire que tout le monde, soit des boutes comiques qu’on vit en famille… j’ai rien de particulier qui vaudrait la peine d’avoir un fan club… 🙂

et oui j’ai encore ma boite de cables d’ordi inutiles dans le sous-sol… touchez-pas!

l’épuisement parental, c’est quoi?

Cette année seulement, plus de 50 grands articles dans les médias ont été consacrés à la fatigue, la dépression ou l’épuisement parental. C’est la mode, direz-vous, puisque de plus en plus d’études sont faites sur l’état émotionel des parents.

Alors puisque je suis un parent “expert”, j’ai tenté de couvrir la question et ses aboutissants, puisque la fatigue et l’épuisement font partie intégrante de ma vie depuis une vingtaine d’année… de part ma condition de santé, ça vient tout seul… mais ça ne parrait pas parce que je combat toujours ce qui peut m’empêcher de m’occuper et protéger mes enfants. Alors…

… avant la définition et les solutions pour en venir à bout, un exemple concret… nous allons faire le même exercice tous ensemble et détecter qui en est atteint.

SI vous avez un ou des enfants, et que vous en avez la charge sans autre emploi – c’est à dire un parent à la maison – vous pouvez suivre l’exercice et tenter de voir si vous être sur le bord de l’épuisement ou tout bonnement un mort-vivant de la parentalité… 🙂

cet exercice, il peut se faire dans votre tête en quelques secondes, mais certains voudront le tenter en temps réel à la maison, et c’est tant mieux.

Voilà, les enfants sont maintenant à l’école depuis quelques jours… c’est à votre tour de penser un peu à vous, et comme dans votre tendre enfance, dès qu’il y a une pause dans la maison, vous voulez faire des plans pour remplir vos journées.

Alors prennez quelques secondes, et démarrez votre entreprise à la maison.  N’importe laquelle, lancez vous. Et travaillez sur ce projet pendant 24 heures…

on s’en reparle demain soir!

Le Parent qui Comprend

Vous savez, certains parents semblent toujours capables de comprendre leur enfant, de le conforter ou le dépanner lorsque ça compte. Est-ce que vous faites partie de ceux là? et si non, est-ce que vous savez quoi faire pour être un “parent qui comprend” ?

Ma grande fille de 17ans m’a lancé une phrase toute simple ce soir, et je crois que ça résume bien le genre d’ambiance qui peut reigner ici… “moi je suis contente que tu respectes mes choix”. je crois que c’est tout ce qu’un parent peut espérer entendre de la part de son enfant.

M’en fout d’être l’ami de mes enfants; d’ailleurs ils me trouvent pas trop emmerdant même si j’ai jamais levé le petit doigt depuis 22ans pour jouer avec eux. C’est pas ma job. Ils ont des amis à l’école, et ils ont des frères et soeurs si ils/elles veulent se changer les idées. Moi ma job c’est m’arranger pour que l’éducation que je leur donne et l’enseignement donné à l’école donnent un bon résultat au bout. Et pour ça il faut savoir ce qu’on peut faire pour bien éduquer les enfants dans le sens qu’on veut… Vous le lisez tous les jours ici, c’est ma façon.

Moi je ne crois pas “comprendre toujours” mes enfants… j’observe la vie de tous les jours à la maison, j’additionne ce qu’on me dit de l’école, et je me fais une idée par rapport aux réactions de ce que j’apporte devant mes enfants. Ils se font enseigner à la dure les valeurs les plus importantes comme le respect, la courtoisie, l’équité, le partage conscient, etc… c’est eux qui vont décider ce qu’ils vont faire avec lorsqu’ils seront partis de la maison. Mais tant qu’ils sont sous mon toit, sous ma responsabilité, c’est moi le dieu ultime de la maison, et ça ils s’en servent aussi comme enseignement.

Certains parents disent que c’est difficile de suivre la vie d’un enfant. Faux… si VOUS êtes occupé c’est difficile. Il y a des priorités qui doivent prendre le bord quand on veut avoir des enfants… comme le fait d’aller veiller tous les week-ends. Désolé mais si vous voulez des enfants, c’est aussi pour les sécuriser tous les jours de leur vie chez vous… et non payer quelqu’un pour vous remplacer pour aller prendre ça relax ailleurs. Ça peut arriver qu’on ait besoin de décrocher, c’est même nécessaire, mais d’en faire une routine pour éviter que ça arrive un jour, c’est une très mauvaise excuse, surtout un très mauvais exemple à donner à des enfants qui vont abandonner tout ce qui peut devenir compliqué.

Vous trouvez ça difficile de vous occuper d’un enfant? J’en ai 8 à la maison, que j’éduque quasiment seul. 8 enfants différents, avec des traits de caractères et une génétique différente. Ce ne sont pas eux qui me fatiguent. Ce sont mes obligations à l’extérieur de la famille… et disons que si je travaillais ça serait encore plus simple et léger… parce que je serais occupé à faire quelque chose de constructif et j’aurais quelqu’un qui s’occupe de mes enfants quand je suis absent… service de garde, gardiennes, etc… vous êtes chanceux quand on regarde ça comme ça, non? vous partez travailler, vous larguez votre marmot au service de garde, au CPE, ou chez mammy, et boom, plus d’obligations parentales parce que quelqu’un fait la job à votre place.

Oh, attendez, on s’éloigne.

Et puis non en fait… lorsque vous êtes avec votre enfant, vous faites quoi avec? vous êtes une gardienne, une amie, un parent?

Le contenu pour papa et homme sur internet, ouais ça sent la lavande…

Vous vous rappellez de ce buzz planétaire du papa journaliste de la BBC qui faisait un interview en direct de son bureau à la maison, qui se fait déranger par les enfants tout en continuant son interview?

J’adore ce papa, moi.  il a été adoré par des millions de parents qui ont ri de son intervention, qui ont applaudi la patience et la cocassité de la chose… et d’autres, très généralement de ces femmes qui détestent les hommes, ont questionné son amour pour ses enfants, son dévouement pour son travail, en disant qu’il les détestait assez pour les expulser de sa chambre et engueuler la nourice qui tentait de les contrôler… “et où est la mère?”… oui, la mère était dans une autre pièce, en train de s’occuper d’un autre bébé qu’on ne voit jamais dans le vidéo.  Ça a été expliqué plus tard.

Non, les hommes n’ont pas droit d’être des pères dans ce monde où les frustrées prennent le contrôle des médias et qu’on laisse allègrement diffamer tout le monde, parce que “la liberté d’expression”. Mais la mauvaise interprétation de cette liberté risque de tuer l’expression, parce que interpréter quelque chose qu’on prend pour acquis, ce n’est jamais bon.

Les Hommes ont droit de parole, mais ne le prennent pas, parce qu’ils savent que ça va foutre le bordel.  Donc la majorité ouvrent des blogs privés, comme ici, ou une page perso toute simple sans annonce et juste pour les amis… parce que là au moins on sait qui va rester poli.

Ce n’est pas trop le cas ici… vous n’aimez pas, vous me dites pourquoi.  Si c’est pour m’engueuler, je vais faire comme vous, et vous engueuler… mais vous n’allez pas aimer, parce que je suis chez moi et je vais vous ramasser en public.  Parce que les sujets dont je traite, je les connais, ou je me renseigne au nécessaire… vous?  vous, hater, détestez, c’est tout.

Ici je vais faire la promotion des blogs de pères, comme celui de John, de Jake, ou de Jean-François.  Pas parce que nous sommes merveilleux ou exceptionels… simplement parce qu’il faut en parler et que je ne juge personne…

Tous les sujets reliés aux hommes, aux papas, aux pères, ils sont importants… mais plus encore, les sujets reliés aux parents sont importants.

 

Rise of the Alpha Dad, la photo d’entête, de John Adams, blogueur papa à la maison, auteur de Dad Blog UK.

Dad Blog UK – Gestation and Lactation; the only two things men can’t do as parents

Dad Blog UK – Gestation and Lactation; the only two things men can’t do as parents

Gestation and Lactation; the only two things men can’t do as parents

Source: dadbloguk.com

Ma femme, cette mère courage… mon cul, ouais!

Tout le monde le sait, j’ai 9 enfants officiels – probablement des dizaines d’autres illicites voyons – et celà fait qu’il faut bien mettre la bienveillance sur quelqu’un lorsqu’on est sur les réseaux sociaux impersonnels…

Alors la populace a décidé que ma femme a besoin de “bien du courage pour avoir une famille si nombreuse“.

Merde, on n’est plus à la Guerre de 30 ans… les femmes ne meurent plus automatiquement après le 3e accouchement, et elles n’ont plus à subir la pauvreté extrême cachée dans une charette.

Ça va faire de monter les femmes au niveau de l’héroïne sans peur et sans reproche quand elle a une famille nombreuse – ou une famille tout court.  Certaines femmes se disent des femmes courageuses d’avoir des enfants… heu… quand t’es rendu à considérer tes enfants comme une tâche ingrate, difficile, dangereuse, y a un problème.  Vos parents vous ont éduqué dans la ouatte?

Étrangement, y a que les caucasiennes qui se considèrent austracisées par la maternité… le reste de la planète considère que c’est la nature, c’est normal, qu’y a des mauvais coups comme des bons, et que la meilleure mère est simplement celle qui aime ses enfants.

Non, ma femme n’est pas courageuse d’avoir une grande famille.  En fait, c’est une mauviette. Si un des enfants vomit sur le plancher, elle se met à tourner en rond tant que j’ai pas ramassé le dégat.  Elle panique aussi quand y en a un qui a la fièvre et qui braille toute la nuit.  C’est pas elle qui va ramasser les dégats, au contraire, elle en fait autant que les kids.  C’est pas elle non plus qui fait les couches. Elle sa job, c’est de faire du lait et des calins. Sa job c’est se lancer à l’aventure sans regarder les égratignures ou le bordel laissé derrière.  Elle, sa job c’est de partir travailler et de rentrer fatiguée parce que quelqu’un doit le faire…

Mais y a pas de courage là dedans.  Quelqu’un de courageux, c’est le gars qui se met entre un meurtrier et sa victime pour empêcher le massacre.  Le courage, c’est d’aller sauver son ami qui est tombé du précipice. Le courage c’est de sortir les gens d’un incendie qui ravage une maison.  Parce que le courage, c’est faire preuve de force et de caractère sur des événements que nous n’avons pas créé.  Avoir une famille, ce n’est pas un événement dangereux ou risqué.

Ma femme n’a pas besoin de courage, elle a besoin de temps, de patience, et de laine.

Mais savez-vous quoi… les hommes, personne n’en parle?  personne ne dit que le père a du courage, ou qu’il est merveilleux… sauf peut-être leur femme et les enfants.  les miens disent que je suis un papa expert en tout.  Bon, ce sont des enfants, mais… ils ont raison!

Ce n’est pas question de père ou de mère, mais bien de parent qui s’occupe de la famille, qui s’occupe de la maison, qui s’occupe du boulot, qui s’occupe du transport… chacun sa tâche, et souvent, même si on partage égal, y en a toujours un meilleur que l’autre dans chaque domaine. Ça ne veut pas dire qu’on a besoin de courage ou de force de caractère… quand on trouve ça facile parce qu’on a du talent, on n’y pense pas… c’est quand on trouve ça difficile parce qu’on est incompétent, que ça nous devient insurmontable.

Et incompétent ça ne veut pas dire idiot ou débile… ça veut dire qu’on n’a pas acquis la compétence nécessaire.  Parce que c’est bien beau dire qu’on a du courage, mais si on l’utilise à jouer à Candy Crush, ça vaut rien.  N’importe qui peut se vanter d’avoir des connaissances, c’est simple, y a plein de revues pour en parler.

Mais pourquoi on appose une médaille à ceux qui s’en sortent facilement? par jalousie parce qu’on n’a pas l’énergie de prendre le contrôle.  Certaines personnes ayant des difficultés se trouvent des idoles qui en sont capables.  Certains vont se battre pour acquérir ces compétences qui vont les faire passer à travers les difficultés… Et d’autres vont faillir… on espère toujours que ces personnes vont demander de l’aide, parce que c’est ça aussi… il y a la belle phrase “avoir le courage de ses convictions”… mais il y a surtout “avoir l’humilité de piler sur son orgueil”…

Une mère, un père, n’a pas besoin de courage.  accompagnez les pour qu’ils n’en aient jamais besoin!

… Et si une mère n’a pas de courage, vous dites quoi?  elle pense quoi? *(prochain article inspiré par Françoise Guérin)

ndlr: photo de la pièce de théatre "Mère Courage et ses enfants", de Brecht.

Crises hyperpyrétiques

les crises fébriles chez les nouveaux nés ne sont pas rares… souvent prises pour un problème grave relié aux vaccins par les anti-vaxx… Merck nous explique c’est quoi!

Les convulsions fébriles sont des convulsions déclenchées par la fièvre.

Les convulsions fébriles surviennent chez environ 2 à 5 % des enfants âgés de moins de 6 ans, mais elles surviennent le plus souvent chez les enfants âgés de 6 mois à 3 ans. Une convulsion survenant chez un enfant qui a de la fièvre et qui a 6 ans ou plus n’est pas considérée comme une convulsion fébrile. Les convulsions fébriles peuvent être plus fréquentes dans certaines familles. La plupart des convulsions fébriles durent beaucoup moins que 15 minutes, et environ deux tiers des enfants ayant une convulsion fébrile n’en ont jamais plus par la suite.

Les crises peuvent être simples ou complexes.

  • Simple : Le corps entier est pris de secousses (convulsion généralisée) durant moins de 15 minutes. Plus de 90 % des convulsions fébriles sont simples.
  • Complexe : Tout l’organisme est secoué pendant plus de 15 minutes (en permanence ou avec des interruptions), les convulsions peuvent ne concerner qu’un côté du corps (crise partielle), ou bien surviennent à au moins deux reprises en 24 heures. Les enfants sujets aux convulsions fébriles complexes ont légèrement plus de risques de développer des crises convulsives plus tard pendant l’enfance.

 

Suite de la documentation sur le site officiel de Merck: https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/problèmes-de-santé-infantiles/troubles-neurologiques-chez-l’enfant/crises-hyperpyrétiques

Crises hyperpyrétiques – Problèmes de santé infantiles – Manuels MSD pour le grand public

Crises hyperpyrétiques – Problèmes de santé infantiles – Manuels MSD pour le grand public

Crises hyperpyrétiques – En savoir plus sur les causes, les symptômes, les diagnostics et les traitements à partir des Manuels Merck, version pour le grand public.

Source: www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/probl%C3%A8mes-de-sant%C3%A9-infantiles/troubles-neurologiques-chez-l%E2%80%99enfant/crises-hyperpyr%C3%A9tiques

… habituellement j’ai une photo pour démontrer, mais c’est pas évident de trouver un bébé en convulsions… alors ne soyez pas choqués de ne pas en voir une vraie!