La Fermette, projets relatifs à l’Accueil communautaire

Il fait chaud, humide, et les enfants sont occupés, pour une fois… alors qu’est-ce que je fais? je la ramène avec le retour sur un article que j’ai écrit il y a environ 12 ans, sur les idées qu’on avait en famille pour un projet de ferme familiale…

Ça m’a été demandé par deux personnes dans les derniers jours, et j’aurai l’opportunité d’en parler plus avant, puisque nous avons des idées, des concepts et surtout plein de suggestions des gens qui m’entourent. Alors commençons dans un ordre foutument alléatoire. Chaque projet peut être soit additionné à d’autres, soit traité individuellement biensûr, et ça fait plaisir de partager à ceux qui cherchent des idées de “quoi faire avec ma ferme”…

Au départ, il y a une quinzaine d’années, nous avons commencé à plancher sur un projet de fermette familiale parce qu’on savait qu’au final nous aurions plusieurs enfants et que la vie de ville n’était pas obligatoire. Les choses ont évoluées, disons, avec les gardes partagées et tout, mais le projet reste entier.

Mais envisageons tout d’abord le projet en un profil tout simple: on achète une terre divisible en bordure du fleuve ou d’un cour d’eau. minimum d’un demi million de pieds2, pour être certain qu’on ne manque de rien. Et disons 20% déjà défriché, pour ne pas partir de zéro… on est pas en 1850 quand même! Le mieux, avec des aspérités, une rivière, une trail de ski-doo dans le fond, pas proche de la maison…

Alors après avoir décidé de ce qui reste familial, que nous en tant que famille allons exploiter pour notre usage personnel, il nous reste beaucoup d’espace… qu’est-ce qu’on fait avec? Voici quelques idées:

L’Accueil communautaire, c’est le thème aujourd’hui!

Le public libre, au détriment des organismes, est très alléatoire dans ses activités, et n’est généralement pas encouragé par l’esprit de groupe, donc change de profil et d’intérêt fréquemment. On ne peut donc se fier aux touristes, aux passants, aux visiteurs du dimanche.

Offrir des services à la communauté, c’est une chose intéressante, parce que ça permet la proximité avec des gens qui ont des choses à partager. Donc permettre aux organismes communautaires offrant des activités pour les familles de s’impliquer dans la vie de la ferme.

Ateliers d’Attachement à la Terre:

Disons que “centre famille xyz” invite ses membres à venir participer à la vie de la ferme tous les “samedis”. Il s’agit biensûr d’un atelier où les participants viennent pour expérimenter la vie de fermier, et non pour faire de l’autocueillette. On peut accompagner les membres avec un café etc, mais généralement les organismes communautaires aiment bien s’impliquer là aussi…

Auto-Cueillette Communautaire:

Cette option est parfaite lorsqu’on veut faire une culture sans qu’elle soit commerciale, on permet à des groupes de se présenter pour l’auto-cueillette; et de choisir son public cible, y a jamais rien de mieux! Une majorité de fermes utilisent ce principe, mais ne font pas de promotion autre que des affiches sur le bord de la route. Nous on va participer à la vie des organismes communautaires pour avoir des groupes de visiteurs qui veulent vraiment, et non qui sont curieux au passage.

l’Arpent Communautaire:

Destiner une part de la terre pour un projet communautaire dédié, où les membres d’un ou de plusieurs organismes viennent cultiver cette part du début à la fin du processus, avec le support des fermiers. Quand je pense à l’organisme comm. voisin de chez nous *(Ressources Espace Familles), ça permettrait à des migrants de participer activement à la vie de la ferme au Québec, une culture peut-être différente de celle de leur pays d’origine, mais tout autant intéressante puisqu’une majorité de migrants a déjà l’expérience de la vie à la ferme ou la culture individuelle, ce qui permet aussi un partage de connaissance énorme.

il est à remarquer que la majorité des jardins communautaires du Québec sont à “tarif”, ou à “participation volontaire”… certains usagers préfèrent faire de l’entretient durant l’année au lieu de payer pour avoir accès à son carré… toutes les formules sont ouvertes, mais si un organisme décide de s’impliquer, un tarif global pourrait être suggéré et ils gèrent à leur façon.

d’autres projets communautaires sont possibles, je vais les ajouter à mesure qu’ils me reviennent ou selon les suggestions des lecteurs!

Un offre que personne ne peut refuser, surtout Lee!

Hier, Lee m’a proposé un poste à San Francisco… et comme j’ai dit, c’est ok pour moi, mais ça prendrait une petite maison en banlieu ou une fermette pour accueillir ma famille de 5+ …

Comme tout bon millionaire des médias, il me dit tout simplement: fait moi une liste de tes besoins, c’est pas compliqué…

Je me suis prêté à l’exercice, et il a approuvé, misère!

insert *(17-07-2010): mais bon, comme il y a loin de la coupe aux lèvres, quelqu’un s’est arrangé pour que je reste père au foyer pour le reste de mes jours, alors ce projet est tombé à l’eau biensûr!

C’est pas compliqué hein, une petite ferme à proximité d’une école de campagne, et l’autoroute pas loin pour me rendre aux bureaux de Escalate Media… il parrait que grand-papa Dodd a une ferme maraichère justement, et il cherche à la louer pour quelques années. Des poules, dindes, 5 vaches, moutons, et 10 arpents de jardin… entouré de 150km2 de champs cultivés. la grosse paix quoi, juste en banlieu d’une des plus grosses villes du monde!

Une fermette qui ressemble à quelque chose comme ça!

Et puisque EM est installée à quelques pas de “la Petite France”, les enfants pourraient aller à l’école en Français… pas besoin de leur faire apprendre l’anglais en 3 mois, dès qu’on part, le temps qu’on sera là, disons 2 ou 3 ans hein, ben ça va rester entre amis, en français. Et on risque de revenir ici pour que Nadia accouche, ça va nous couter moins cher!… 9500$US juste pour l’accouchement, disons qu’on va se payer un avion à 250$ à la place!

Je suis pas encore aux anges, mais ça fait mon affaire que Lee Dodd me propose un poste localement. Ça fait plus de 6 mois que je travaille dans la boite et j’ai raté la moitié des réunions, faute de moyen de transport, et disons que c’est pas vargeux de diriger ChristianForums d’aussi loin.

On peut le voir ici: mon rapport du 13 mai, la semaine dernière quoi … c’est des trucs qu’on gère physiquement, sur l’ordinateur… pas via internet. mais bon, c’est payant pareil!

Donc oui, y a des risques que j’accepte de déménager avec la famille dans l’été qui s’en vient. soyez pas trop tristes, je vais revenir de temps en temps, c’est temporaire.

une petite cabane dans l’sud?

Ces derniers jours, j’ai été avec Claude pour démolir une grange à St-Gervais, et la ferme est à vendre… l’bonhomme m’a demandé si je la prendrais.  Pourquoi pas.

Déjà que ça fait 3 ou 4 ans qu’on y pense, qu’on avait même prévu acheter dans ce coin là avec la gang à Joelle… ça pourrait être une occasion super.

C’est le terrain idéal en plus… la maison familiale est du côté sud de la route, et la ferme est de l’autre côté, donc complètement séparé mais toujours à vue.  Des voisins ont des chevaux, et la ferme est entourée de terres agricoles.  Le terrain est super accidenté, donc pas intéressant pour les agriculteurs du secteur… mais parfait pour nous, puisqu’il y a des petits lacs, une belle rivière à truites, et on n’a qu’à jeter à terre la vieille maison abandonnée, et on a même pas besoin de permis pour reconstruire…

J’y verrais bien une culture nature, pas de pesticides etc… anyway pas besoin d’en mettre, les agriculteurs du coin s’en chargent. mais bon, vu que ça risque de devenir notre gros projet, ça serait facile de séparer nos besoins d’un gros projet communautaire ou collectif, vu que la maison officielle est de l’autre côté de la route.

Je verrais bien un élevage de moufflons ou de moutons de montagnes, vu le terrain…

 

Mais bon, encore y a juste moi qui s’en occuperait.  On en a des projets dans ce temps là, quand on se fait offrir une terre qui répond à nos aspirations… 😉

ps: pas certain anyway, l’bonhomme vient d’acheter une cabane à St-Luc, derrière 3-Pistoles… on va peut-être commencer là.!